lundi 15 mai 2017

Comment réussir le lancement de votre entreprise ?

nicopalblog - business
source : pixabay


En 2016, 554 000 nouvelles entreprises ont vu le jour d'après le site "www.insee.fr". Quel beau challenge ! Malheureusement, je remarque au fil du temps des sociétés fermées, d'autres les remplacer. Jusqu'à quand ? Je ne connaissais pas la santé de ces entreprises, mais j'entends certains discours ou reportages, et beaucoup d'entre eux disent que les charges sont trop élevées. Je suis d'accord avec eux.
Mais maintenant, comment peut-on s'adapter et réussir malgré cette donnée ? On peut se laisser aller en se disant "ils m'ont tout pris" et tout arrêter de cette aventure qui était au départ notre rêve, ou bien reprendre les choses en main.

Et si je vous proposais de prendre cette "donnée" en compte comme un problème à résoudre ? Une société fonctionne sur trois points : encaissements, dépenses et charges. Le bon résultat de ce trio est lorsqu'à la fin du mois ou de l'année, les encaissements dépassent la somme des dépenses et des charges. Si dès la première année, vous n'avez pas réussi à exploser les chiffres, vous avez peut-être négligé un point-clé.
Peut-être faudrait-il revoir votre étude de marché, ou éventuellement penser à vous faire aider sur le plan marketing et commercial... Dans la seconde solution, vous vous concentrez ainsi sur votre cœur de métier, et l'on vous permet de le continuer en vous guidant pour gérer au mieux le reste. Surtout, n'y voyez rien d'offensant, je fais simplement le raisonnement suivant : lors de la première année d’existence d'une société, les charges sur les sociétés sont exonérées du fait que l'état n'a pas de chiffres sur lesquels se baser ; par contre, la deuxième année, l'Etat va vous demander son dû. Les charges tombent. Et c'est souvent là que l'entrepreneur se fait avoir, car lors de la première année, beaucoup de trésorerie ou du moins une bonne moyenne, pas de charges ou très peu. Alors on s'offre de beaux bureaux, on se donne de beaux dividendes aussi. Mais la seconde année, ce n'est pas la même chose, pensez que les charges auront été calculées sur ce que vous aurez déclaré à la fin de la première année. J'ai quelqu'un qui s'est fait avoir comme cela. Il me disait : 
"Oh là, je suis bien embêté, j'ai fait une super première année, mais ma deuxième est moins bien. Ces nullos des impôts m'ont imposés comme des fous. Je ne sais pas comment je vais pouvoir payer ces charges."  Bien évidement, il était beaucoup plus familier que ça. Pour remettre cette histoire dans son contexte, il est plombier à Bordeaux, il a des clients réguliers. Normalement, il devrait s'en sortir. Vous savez, s'il y a bien une chose que j'ai appris dans ma vie de travailleur, c'est qu'il ne faut jamais faire le malin quand on parle de clientèle. Elle est volatile, sans cœur et non acquise. 

Comment réussir le lancement de votre entreprise ?
source : pixabay

Mais alors comment  réagir, me direz-vous? Par un petit raisonnement simple à mettre en place. Partons de l'exemple de la petite entreprise avec un salarié. Vous faites de la revente de produits informatiques, vous avez des frais de fonctionnement (matériel + salaires) égal à 240.000 € HT par an. La première année, vous réalisez 300 000 € HT. C'est une très bonne année, vous dites à votre femme : "Chérie, j'ai gagné le jackpot, on part à Borabora !" Je vous mets en garde, car si vous partez du principe que ces 300 000 € vous sont acquis et que vous pouvez en disposer comme vous le souhaitez, Je vous dis STOP ! Car sur la deuxième année, le fisque vont Calculer vos impôts sur ces 300 000 € de l'année précédente, donc 2 possibilités : soit vous n'avez rien prévu, mais vous faites le même résultat que l'année précédente, et là vous êtes sauvé ; soit vous n'avez rien prévu, votre résultat est pile à 240 000€ et là, vous êtes dans le pétrin. Car vos impôts seront eux environ de 28% de votre bénéfice de l'exercice dernier en 2017; donc environ 16 000 €.


Alors la seule façon de ne pas être pris au dépourvu, et de prévoir. Partez du principe que 10 € de bénéfice c'est 4 € prévu pour les impôts pour avoir au moins une demi-année d'avance, 5 € pour la trésorerie, investissement et les coups durs, et à la rigueur 1 € pour vous et vos salariés. Ces euros, vous les mettez sur un compte à part prévu à cet effet. De cette façon, la deuxième année, même si votre année n'est pas extra, vous pourrez payer vos impôts. 

N'hésitez pas à nous faire partager vos expériences et votre avis sur cet article.
L'efficacité vient du mélange des idées !