mercredi 24 mai 2017

Une Boîte ferme

Nicoblog - piquet de grêve

Ce soir, je repense au reportage que j'ai vu l'autre jour. Il y a des choses qui vous touchent, vous ne savez pas pourquoi, mais vous entendez une information qui ne vous concerne pas particulièrement, mais certaines vous prennent et vous font réfléchir.

Ce reportage racontait le désarroi d'employés d'une usine qui était en redressement judiciaire. 
Les employés sont furieux. Ils fabriquent des pièces pour de grands noms de l'automobile. Ils sont donc sous-traitants de grosses entreprises. Et comme toujours, la recherche de plus gros profits complique toujours les choses. Le gros veut des prix toujours plus bas, le sous-traitant n'a pas le choix, s'il veut garder ce marché, sûrement le plus important de sa clientèle, il se doit d'accepter même si le projet n'est plus viable. 
Alors deux solutions s'offrent aux dirigeants : la refonte de la société, baisse de la masse salariale (mais il y a toujours autant de travail), réduire la part des actionnaires ; ou alors continuer comme ça, aller dans le mur et en ramassant tout ce qui peut être récupéré. 
Ces deux solutions sont vouées à l'échec, même moi, quand j'écris, je n'y crois pas.  

Je ne connais pas la décision que la direction a prise, sûrement la mauvaise. Par contre, les employés sont sous une drogue qui les rend fous ou quoi ? Ils détruisent leur propre outil de travail ! Je crois que c'est ça qui m'a le plus choqué dans le récit de ces malheurs. 
Quelle est l'image qu'ils donnent au monde ? Regardez-nous, repreneurs potentiels, nous sommes des fous, au premier conflit, nous ferons tout péter. Qu'ils pensent à cette présidentielle 2017, l'extrémisme n'est pas la solution. 

Le dialogue, l'entraide, le rassemblement, c'est pour ça que Mr Macron est devenu président. 
Est-ce qu'aujourd'hui, mes mots auront un impact pour leur combat, car oui c'est un combat de tous les jours, garder son emploi, c'est un défi, mais je pense qu'il est bien trop tard.
Alors quoi ? On reste là sans rien faire ? Je n'ai pas été confronté à cette situation, mais comme je l'ai dit plus haut, malheureusement c'était joué d'avance, les dirigeants savaient comment ça allait finir. 
Alors avec ces données : principaux clients en baisse de rentabilité, des comptes qui ne sont plus à l'équilibre, je serais à leur place (celle des dirigeants), je convoque tout le monde :

Réunion de travail
"Cher collègue, je suis votre directeur, nous sommes à l'aube de la faillite.J'ai besoin de vous, le problème est l'argent, on ne gagne pas assez. Je n'ai pas de solution qui vous plaira. J'ai le mauvais rôle, et je suis bien conscient que vous avez peur. Alors je vous demande, dépassons le clivage patron / employés, aidons-nous à sortir de cette impasse. Dans un premier temps je vous propose de vous concerter, de chercher par petit groupe, de nouvelles perspectives d'avenir pour cette société. J'ai une première idée, pour ceux qui le peuvent, il faut développer d'autre marchés plus rentables. Oui même vous, Mr Devaut, je sais que vous êtes à l'entretien de nos locaux, mais je suis sûr que vous ne manquez pas d'idées. Ensemble tout est possible, nous avons besoin de nous tous.

La transparence et l'entraide, c'est un premier pas dans la réussite du redressement d'une société. Il ne faut pas attendre que les choses arrivent toutes seules, il faut agir en bonne intelligence et ne pas laisser de côté les principaux intéressés, ceux qui font tourner la boutique, et qui peut-être pourraient apporter des idées avant que ça ne soit trop tard, ou au moins auraient été prévenus et non mis devant la fait accompli.

Courage à eux.


Avant d'en arriver là, je vous invite à lire l'article Comment réussir le lancement de votre entreprise ? qui vous donnera les bons réflexes face à l'argent de votre entreprise.

lundi 15 mai 2017

Comment réussir le lancement de votre entreprise ?

nicopalblog - business
source : pixabay


En 2016, 554 000 nouvelles entreprises ont vu le jour d'après le site "www.insee.fr". Quel beau challenge ! Malheureusement, je remarque au fil du temps des sociétés fermées, d'autres les remplacer. Jusqu'à quand ? Je ne connaissais pas la santé de ces entreprises, mais j'entends certains discours ou reportages, et beaucoup d'entre eux disent que les charges sont trop élevées. Je suis d'accord avec eux. 
Mais maintenant, comment peut-on s'adapter et réussir malgré cette donnée ? On peut se laisser aller en se disant "ils m'ont tout pris" et tout arrêter de cette aventure qui était au départ notre rêve, ou bien reprendre les choses en main.

Et si je vous proposais de prendre cette "donnée" en compte comme un problème à résoudre ? Une société fonctionne sur trois points : encaissements, dépenses et charges. Le bon résultat de ce trio est lorsqu'à la fin du mois ou de l'année, les encaissements dépassent la somme des dépenses et des charges. Si dès la première année, vous n'avez pas réussi à exploser les chiffres, vous avez peut-être négligé un point-clé.
Peut-être faudrait-il revoir votre étude de marché, ou éventuellement penser à vous faire aider sur le plan marketing et commercial... Dans la seconde solution, vous vous concentrez ainsi sur votre cœur de métier, et l'on vous permet de le continuer en vous guidant pour gérer au mieux le reste. Surtout, n'y voyez rien d'offensant, je fais simplement le raisonnement suivant : lors de la première année d’existence d'une société, les charges sur les sociétés sont exonérées du fait que l'état n'a pas de chiffres sur lesquels se baser ; par contre, la deuxième année, l'Etat va vous demander son dû. Les charges tombent. Et c'est souvent là que l'entrepreneur se fait avoir, car lors de la première année, beaucoup de trésorerie ou du moins une bonne moyenne, pas de charges ou très peu. Alors on s'offre de beaux bureaux, on se donne de beaux dividendes aussi. Mais la seconde année, ce n'est pas la même chose, pensez que les charges auront été calculées sur ce que vous aurez déclaré à la fin de la première année. J'ai quelqu'un qui s'est fait avoir comme cela. Il me disait : 
"Oh là, je suis bien embêté, j'ai fait une super première année, mais ma deuxième est moins bien. Ces nullos des impôts m'ont imposés comme des fous. Je ne sais pas comment je vais pouvoir payer ces charges."  Bien évidement, il était beaucoup plus familier que ça. Pour remettre cette histoire dans son contexte, il est plombier à Bordeaux, il a des clients réguliers. Normalement, il devrait s'en sortir. Vous savez, s'il y a bien une chose que j'ai appris dans ma vie de travailleur, c'est qu'il ne faut jamais faire le malin quand on parle de clientèle. Elle est volatile, sans cœur et non acquise. 

Comment réussir le lancement de votre entreprise ?
source : pixabay

Mais alors comment  réagir, me direz-vous? Par un petit raisonnement simple à mettre en place. Partons de l'exemple de la petite entreprise avec un salarié. Vous faites de la revente de produits informatiques, vous avez des frais de fonctionnement (matériel + salaires) égal à 240.000 € HT par an. La première année, vous réalisez 300 000 € HT. C'est une très bonne année, vous dites à votre femme : "Chérie, j'ai gagné le jackpot, on part à Borabora !" Je vous mets en garde, car si vous partez du principe que ces 300 000 € vous sont acquis et que vous pouvez en disposer comme vous le souhaitez, Je vous dis STOP ! Car sur la deuxième année, le fisque vont Calculer vos impôts sur ces 300 000 € de l'année précédente, donc 2 possibilités : soit vous n'avez rien prévu, mais vous faites le même résultat que l'année précédente, et là vous êtes sauvé ; soit vous n'avez rien prévu, votre résultat est pile à 240 000€ et là, vous êtes dans le pétrin. Car vos impôts seront eux environ de 28% de votre bénéfice de l'exercice dernier en 2017; donc environ 16 000 €.


Alors la seule façon de ne pas être pris au dépourvu, et de prévoir. Partez du principe que 10 € de bénéfice c'est 4 € prévu pour les impôts pour avoir au moins une demi-année d'avance, 5 € pour la trésorerie, investissement et les coups durs, et à la rigueur 1 € pour vous et vos salariés. Ces euros, vous les mettez sur un compte à part prévu à cet effet. De cette façon, la deuxième année, même si votre année n'est pas extra, vous pourrez payer vos impôts. 

N'hésitez pas à nous faire partager vos expériences et votre avis sur cet article.
L'efficacité vient du mélange des idées !

lundi 8 mai 2017

Pour mettre fin au chômage

Ça fait longtemps que je suis intéressé par l’entrepreneuriat, j’ai cet état d’esprit, mais malheureusement aujourd’hui, ce qui me manque pour me lancer, c’est la sensation d’avoir "L'Idée", LA bonne Idée.

A l’heure actuelle, dans les tumultes de cette aire de chômage de masse, de nombreuses entreprises et industries ont fermé. De plus, les entreprises préfèrent demander à leurs salariés d’effectuer des heures supplémentaires au lieu d’embaucher. Ce qui est une bonne chose pour les salariés, en espérant qu’ils soient tous rémunérés pour ces heures supplémentaires…

Etant donné que d’une part, nous manquons d’entreprises qui embauchent ; et que d’autre part, des personnes souhaitent se lancer dans la création d’entreprise, je vous propose de créer en parallèle du Pôle Emploi, un Pôle de la Création d’Entreprise où il y serait proposé des idées de création où toutes les conditions seraient réunies pour réussir, pour faire simple, je souhaite vulgariser la création d'entreprise :
1/ Les idées de base, abouties ou pas, seraient déposées par tous ceux qui le souhaitent.
2/ Projet analysé par des spécialistes de la création et de l’économie, étude de la concurrence, première ébauche du business plan, etc…
3/ Si une idée est finalement retenue, et aboutit, l’apporteur d’idée serait rémunéré par le créateur sous forme de parts dans la société en fonction de l’avancée du développement de l’idée.
4/ Choix de l’idée par le futur créateur parmi un panel proposé.
5/ Montage de son projet en collaboration avec le Pôle Création.
6/ Formation à la création afin de valider son projet. 1 semaine
7/ Présentation du projet aux banques ;
8/ Création de son entreprise ;

Le financement de ce Pôle se ferait grâce :
- au salarié sur les cotisations du compte personnel de formation non utilisée, car comme vous le savez, les salariés ont droit à 20 heures de formation CPF par an et ensuite. Ce nouveau modèle est plus complexe qu'avant. Il sera presque impossible d'utiliser ces financements. A moins que vous souhaitez découvrir Word, Excel ou même Photoshop.
- au Pôle Emploi avec le budget formation non utilisé.
- aux nouveaux entrepreneurs : sous forme d’action ou de part, Pour la première année, une redevance de 10% de leur bénéfice s'il y en a.
- A certaines banques partenaire de ces nouveaux entrepreneurs qui fourniront les crédits nécessaires aux projets.

Je pense que cette proposition est une bonne mesure qui aide les salariers à regarder vers le haut et pas de leurs dire moi Président, je vais vous faire travailler plus longtemps pour moins de salaires.

mardi 2 mai 2017

Une nouvelle façon de faire vos achats et de gagner de l'argent


Mailorama - Gagner de l'achat
Tenter de gagner quelques euros de temps en temps peut être sympathique...

Créé depuis 2004, Mailorama vous récompense lors de vos achats. Vous avez juste à installer une extension sous Chrome qui va détecter si le site sur lequel vous naviguez est éligible au cashback (remboursement après achat). Une barre s'affiche lorsque vous êtes sur un site partenaire et vous propose d'activer ce Cashback. Ensuite, tout est automatique. Vous faites tranquillement vos emplettes et vous n'avez plus qu'à attendre le remboursement.
La cerise sur le gâteau, c'est qu'il vous donne aussi des coupons de réductions si jamais il y en a.
Petit bémol, il faudra être patient, les remboursements peuvent aller jusqu'à 90 jours après le paiement de vos achats.

Voici la liste des sites partenaires :

3Suisses, Asos, Fdj, Groupon, Bouyguestelecom La Redoute, Mister Good Deal, Yves Rocher, Etam, Ikea, BazarChic, Meetic, Interflora, Hello bank, Vertbaudet, Daxon, Florajet, Centrale-Brico, AccorHotels, SFR, Matelsom, Blancheporte, Matelpro, Sephora, Téléthon, Pierre & Vacances, eBay, Léa Nature, Castorama, Sosh, Courier, Guess, Urban Outfitters.

 Mais ce n'est pas fini. Vous avez aussi sur Mailorama la possibilité de recevoir des emails rémunérés. Ces emails vous demandent de participer à des jeux concours, ou de répondre à des sondages. J'avoue que je n’adhère pas trop, car c'est le meilleur moyen d'encombrer votre boîte mails avec des newsletters qui ne vous intéressent pas. En plus, les jeux concours sont de plus en plus intrusifs, et il faut savoir que lorsque vous vous inscrirez à votre concours, on vous proposera une interminable liste d'inscription à des newsletters ou à des demandes de devis, dans lesquels on vous demandera laisser votre numéro de portable. Et si vous ne répondez pas, ils vous harcèlent.
Mailorama vous propose donc des gains intéressants, je ne sais pas à aujourd'hui si cela fonctionne, de mon côté je n'ai gagné grâce aux emails que 0.03€... C'est pas terrible.

Pour résumer, Mailorama est intéressant dans sa version achats et moins sur le reste.

 Alors à vos achats !!!


Si vous souhaitez gagner un peu d'argent sans dépenser un centime tout en vous amusant : je vous invite à lire cet article parlant d'une appli trop sympa